Accueil A la découverte... Sanitaire, parasites de nos forêts Chalcographe - Pityogenes chalcographus

Connection

Gestion de groupement forestier, Plan Simple de Gestion



Chalcographe - Pityogenes chalcographus
A la découverte de la forêt - Sanitaire, parasites de nos forêts

Chalcographe qui vient d'achever sa nymphose.

Signe particulier: 3 dents suturales de chaque côté des élytres.

Foyer d'infestation dans un perchis d'épicéas

Système de galeries dans l'écorce.

La chambre nuptiale est entièrement encastrée dans l'écorce.

Victime du chalcographe

 

Pityogenes chalcographus

Espèces sensibles

Epicéa, et les pins comme le pin Weymouth et le pin sylvestre, rarement le douglas.

Comment le reconnaitre ?

Scolyte corticole colonisant les parties du tronc à l'écorce fine, soit sur de jeunes conifères jusqu'à l'âge des perchis soit dans la cime et les branches de vieux arbres. Système de ponte avec une chambre nuptiale d'où partent trois à six galeries maternelles en forme d'étoile. Dans les écorces plus épaisses, la chambre nuptiale repose entièrement dans l'écorce et n'est pas incrustée dans l'aubier. Les arbres ou parties de houppier atteints dépérissent et leurs aiguilles prennent une couleure brun-rouge. Une grave attaque se produit souvent dans les perchis endommagés par la pression de la neige. Le chalcographe et le typographe se trouvent souvent sur le même arbre.

Causes et conséquences

Le chalcographe, qui mesure 1,6 à 2,9 mm, est un essaimant tardif qui s'envole à partir d'avril/mai. Il forme une à deux générations par an. Il est assez fréquent que l'insecte hiberne dans les galeries de nutrition avant d'avoir achevé son développement. En conséquence, on assiste à un essaimage très échelonné dans le temps. Les dégâts dus aux tempêtes, les surfaces de coupe étendues ou la sécheresse offrent au chalcographe des conditions idéales pour se multiplier. Lorsque des arbres sur pied forment de larges foyers d'infestation, il s'agit presque toujours d'une attaque conjointe du chalcographe et du typographe.

Lutte

Il n'est souvent pas nécessaire de brûler préventivement les branches laissées au sol après un abattage. Mais après l'exploitation forcée d'arbres infestés, il faudrait par contre évacuer, déchiqueter ou brûler les branches et les cimes contaminées. Le simple fait de rassembler les branches ne contribue nullement à lutter contre les infestations. Il est préférable de les disperser au sol, car elles sèchent plus rapidement et perdent plus vite leur attractivité que si elles sont entassées.

 

 

Remarque

Le scolyte micrographe (Pityophthorus pityographus) a presque la même taille que le chalcographe, il colonise les mêmes essences et aménage un système de galeries semblable. Mais la chambre nuptiale du scolyte micrographe est toujours encastrée dans l'aubier, même si l'écorce est épaisse. Le chalcographe est très présent dans les régions inférieures à 1300 m tandis que le scolyte micrographe s'observe plus souvent dans les forêts de montagne.